Réduire les risques sur les sites riverains municipaux

24 octobre 2023
visuel_blogue_plan_eau

Peggy Powers
Conseillère en prévention des sinistres | Sports et loisirs
Fonds d’assurance des municipalités du Québec

_____

Avec le retour du beau temps et de la chaleur, beaucoup de gens sont tentés d’aller se rafraîchir dans les plans d’eau naturels. Toutefois, parmi les 78 décès par noyade qui surviennent en moyenne au Québec annuellement, plus de 70 % ont lieu sur des sites riverains[1]. Il est donc important pour les municipalités d’agir pour réduire les risques sur ces sites. Voici comment.

Ne lésinez pas sur la signalisation

Tout d’abord, mettez en place une signalisation claire et dénuée de toute ambiguïté pour informer adéquatement le public de l’interdiction de baignade. Cette pratique contribuera à réduire les risques de blessures et de noyade, d’offrir des sites sécuritaires et de réduire les risques de responsabilité en cas de poursuite.

Nous vous recommandons notamment de[2] :

  • Installer des panneaux d’affichage à des endroits stratégiques à l’entrée du site et près du plan d’eau. Ces panneaux devraient :
    • Être visibles en tout temps (assurez-vous que rien ne pourrait les obstruer);
    • Mentionner que la baignade y est strictement interdite;
    • Dénoncer le risque avec des messages dissuasifs (ex. « risques de blessures », « profondeur de l’eau variable » ou « courants forts »);
    • Inclure des pictogrammes facilement reconnaissables afin que les personnes qui ne savent pas lire et les personnes qui ne parlent pas le français puissent les comprendre.
  • Transformer ces directives en règlements municipaux et dissuader davantage les contrevenants avec une amende.
  • Produire une campagne de sensibilisation annuelle sur les dangers de se baigner dans un plan d’eau non surveillé. Utilisez tous les formats et médias appropriés à la clientèle visée.
  • Inviter les gens à se baigner dans des endroits surveillés qui respectent le Règlement sur la sécurité dans les bains publics. Par exemple, à une piscine publique municipale ou une plage aménagée.

S’il est généralement connu qu’un site est utilisé pour une pratique interdite, il est nécessaire d’installer une signalisation d’interdiction de cette pratique aux endroits stratégiques tels que le chemin pour s’y rendre et le plan d’eau lui-même[3].

Attention aux signes d’exploitation

Certains signes peuvent trahir une exploitation, même si celle-ci n’est pas explicitement encouragée, et ainsi obliger le respect du règlement. Mentionnons par exemple des structures (salles de changement, lignes de bouées, plateformes flottantes, etc.), des panneaux d’information sur la baignade et des publicités faisant la promotion de l’activité. L’information diffusée doit être claire en matière d’interdiction de baignade ailleurs que dans les zones de baignade supervisées.

Pour plus de renseignements sur les obligations des municipalités en lien avec la baignade publique et les sites riverains, contactez les conseillers du service de la prévention des sinistres.


[1] Institut national de santé publique, Prévention des noyades et des quasi-noyades

[2] Société de sauvetage, Guide de bonnes pratiques à l’intention des propriétaires et exploitants de sites riverains

[3] Id.